Le choix du composteur

L’autre jour, quelqu’un m’a demandé sur un groupe Facebook des précisions sur mon composteur, qui marche du tonnerre. Cela m’a donné l’idée d’en parler ici, car le composteur qui ne composte pas est un problème récurrent.

Avant, dans ma précédente maison, j’avais ça :

compost_en_bac_ouvert

Et c’était pas top.

Déjà, on ne va pas se le cacher, c’est moche.

Et puis ça sentait pas très bon là-dessous. Et en plus, il y avait plein d’escargots sous le couvercle, et ça, j’ai vraiment du mal (oui, je sais, c’est bête pour quelqu’un qui aime jardiner).  Et en plus, le « tiroir » dessous pour récupérer le compost n’était pas super super fonctionnel, et même pour le remuer un peu, c’était assez galère. Et surtout, il était rempli à ras bord en moins de 2 puisque les déchets se dégradaient très lentement.

Alors je suis revenue aux basiques. J’ai repris le bon vieux système de mon Pépé, j’ai nommé : le TAS. Il s’agit d’un tas de déchets déversés dans un simple trou.

Bon, comme je voulais faire un peu propre, on l’a encadré d’un carré de bois semblable à ceux qu’on a installés pour le potager (planches de coffrage traité avec mélange huile de lin + essence de térébenthine). La seule différence, c’est qu’il est 2 fois plus haut, mais à demi enterré, donc la hauteur émergée est finalement la même que pour le potager.

Il n’y a pas du tout d’odeur, le carré ne contient que les déchets et des vers de terre, et surtout, ça marche ! Je pense que le contact direct avec la terre en-dessous et l’absence de couvercle y sont pour beaucoup.

Alors sans couvercle, c’est vrai qu’on voit les épluchures et tout, mais même en étant la plus objective possible, il faut vraiment être tout près pour s’en rendre compte.

P1140454

Là, par exemple, je suis vraiment à côté.

P1140453

Mais ça, c’est ce qu’on voit en réalité: pas grand-chose. Notez le petit cheminou qui y mène…

 Surtout qu’il suffit de quelques fleurs ou buissons pour cacher complètement ce tas. D’ailleurs, c’est un projet en cours…

Et pour récupérer le compost, il suffit de pousser un peu le dessus à la bêche, et de récupérer le dessous. Mais on peut aussi fonctionner avec 2 tas, un pour le compost mûr, un pour le compost en cours.

Que mettre dans son compost ?

Personnellement, je mets toutes les épluchures et restes de légumes inutilisables, voire restes de pâtes, riz… Tout ce qui peut se décomposer. Au pire, ça nourrit les oiseaux. J’y mets aussi les coquilles d’oeufs. Il paraît qu’y mettre les cartons fins, sopalins et ce genre de choses est bon, moi je ne préfère pas pour éviter de polluer mon compost avec les encres et colorants/blanchissants.

J’y mets aussi le surplus de tonte dont je ne me sers pas comme paillis, ainsi que les petites branches taillées, enfin tous les autres déchets du jardin. Je pourrais y mettre des feuilles mortes, mais je n’en ai que très peu étant donnée la taille de nos arbres.

Voilà, je crois avoir fait le tour… Bientôt, des nouvelles du potager !

 

Publicités

Une réflexion sur “Le choix du composteur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s