Du jardinage, du vrai : la pelouse !

Comme je le disais dans un article précédent, nous sommes dans le Sud-Ouest. Mais plus côté intérieur que bord de mer… Il peut donc geler plusieurs semaines l’hiver et monter à plus de 35°C tout l’été. Et puis ici, la terre, c’est de l’argile, que de l’argile. Si on tombe sur un truc dur en creusant un trou, on peut être sûr que c’est un bout de tuile perdue durant le chantier.

Autant vous dire que si l’été, la terre se craquelle, l’hiver, c’est la vraie gadoue. Lors de notre premier hiver dans la région, j’ai voulu couper à pieds par un champ labouré. L’erreur de débutante ! Je me suis retrouvée avec 2 briques de boue à chaque botte.

Voilà, on n’a pas un terrain qui se prête à la jolie pelouse fine (ou alors, il ne faut pas marcher dessus de novembre à mai). On a opté pour une bonne pelouse rustique bien de cheu nous.

Toute la première année, on passé la tondeuse sur les chardons et autres mauvaises herbes, pour les empêcher de monter en graine. On passait la tondeuse sans bac, pour laisser sur place les herbes et enrichir le sol. Je ne sais pas si ça a vraiment marché, toujours est-il qu’on a eu très vite des tas de vers de terre sur notre terre constituée d’argile stérile sortie des fouilles de fondation.

J’avais aussi voulu pallier l’absence de plantations en semant en bordure une prairie fleurie. On a donc délimité soigneusement 2 grands cercles pour avoir un effet naturel de pourtour arrondi. Et puis visuellement, c’est censé agrandir, les arrondis. En vert clair, la pelouse normale, en foncé, la prairie fleurie.

plan pelouse

Plan à échelle pifométrique

Nous avions aussi installé des petits chemins en planche de coffrage et planches de palette, pour aller à pieds secs de la terrasse au portillon et au compost (qui se trouve au sud du tilleul).

Quand on a voulu semer, il était déjà tard, car nous avions du attendre d’avoir fini les grillages. C’était le mois de mai 2014, et le temps était déjà particulièrement chaud. On a eu beau arroser comme on a pu, on était loin d’avoir quelque chose qui ressemblait à une pelouse. Au bout d’un mois, on aurait dit qu’on n’avait rien fait, sauf qu’on avait quelques brins d’herbe et moins de chardons !

P1100188Herbe rare, piscinette plastoc, la grande classe

Décourageant !

Usés par les travaux et surtout par un gros souci extérieur, nous avons cassé notre tirelire, emporté notre tente décath, et sommes partis en vacances.

 


 

 

Tout le monde se souvient de l’été 2014 ? Oui, un été pourri, vous vous souvenez ?

P1100298P1100297P1100296

P1100435

A notre retour, l’herbe avait enfin poussé ! La prairie fleurie était fleurie, même le potager était débordant ! Alors bien sûr, il y avait beaucoup de trous et de mauvaises herbes, mais quelle différence !

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s